Versant Sud du Mont Blanc: par cols et vallées

L’orage était passé durant la nuit, remplissant les premières lueurs du jour d’humidité. Mon moment favoris de la journée sont ces premières heures, où les lumières magnifiques émergent de la fraicheur matinale. Et quand vous avez une chaine montagneuse haute de 3000 mètres en arrière plan, cela est encore mieux!

Bonjour Matin!

Au programme de la journée, l’ascension du col du l’Ouillon à 2612 mètres. La première partie était très simple. On évoluait au fond de la vallée. L’ascension en elle même était plus compliquée. En effet, seul un groupe était passé par là depuis le début de la saison. De plus, ça montait fort sur des petits chemins! Et enfin, on finissait dans de vastes pierriers… les 20 derniers mètres étant presque de l’escalade! Ce fût en tout cas un bon moment sportif.

Randonnée ou escalade?

Une fois le col passé, le plan du Forclaz s’ouvre devant nous. La encore, un paysage magnifique où les dernières plaques de neiges font penser aux paysages Écossais voir de Game of Throne! Idéal pour la pause déjeuner.

Pause déjeuné.
L’Irlande en France?

La seconde partie de la journée consistât à descendre vers le refuge.

4eme Jour: celui où il faut être fort

Pour cette quatrième journée, l’objectif principal était l’ascension du cl du Forclaz à 2525 mètres. La première partie était assez simple, consistant en partant du chalet (point jaune) à continuer la descente de la vallée. Après un passage de guet la montaée commençait. Elle était soutenue mais moins technique que celle du jour précédent.

Une fois arrivée en haut, ce fut le moment de la pause déjeuner. Un partie du groupe partie faire une ascension en plus sur un sommet pas très loin. En les accompagnant ce fut possible de voir les chamois. En plus, plein de petits lacs issus de la fonte des neiges étaient là sublimant la beauté du paysage.

Au cours de la descente, le guide nous appris qu’il y avait eu une attaque de loup la veille sur un troupeau. Et en effet en arrivant au niveau des alpages nous notèrent la présence de nombreux vautours. Le guide connaissant le terrain, et ayant repéré où se trouvait potentiellement une carcasse nous emmenât discrètement vers la zone. En arrivant à quelque mètres de la carcasse, une vingtaines de vautours ( qui festoyaient) prirent leur envol simultanément! C’est impressionnant! Ces animaux font environ deux mètres de larges ailes déployées et malgrè cela arrivent à voler sans un bruit, planant dans les courants d’air chauds.

Vautours

Après cette rencontre, l’arrivée au refuge nous prit encore une petite heure, rencontrant les éleveurs locaux sur le chemin. Et à l’arrivée, une douche… chaude!

La journée ce conclue par une fondue mais surtout un magnifique couché de soleil sur les montagnes environnantes.

Derière c'est le mont blanc
Quoi de mieux qu'un couché de soleil?
Compagnon de la soirée!

5eme et Dernier jours

Ce 5eme jours était aussi le plus simple et le plus court. En théorie. Première destination: le lac Sans Fond.

Ce lac se trouve environ au milieu de l’ascension de la montagne Lancebranlette (oui, oui c’est le vrai nom). Ce lac à plein de charme, entouré encore de plaques de neige. Plaques,qu’il faut traverser au risque de tomber de le lac qui doit être à 5°C. Les montagnes viennent se refleter sur ce mirroir liquide, lieu idéal pour la pause déjeuné.

L’après midi, le guide proposa aux volontaire une « option »: l’ascension express de Lancebranette. C’est a dire sans sac, sans gourde etc. Le camps de base était à 2420 mètres, destination le sommet à 2930 mètres. Le rythme est soutenue tout de suite. On ne ralentit qu’a un moment pour passer un pierrier abrupte. Cependant les 2800 mètres franchis, l’environnement est plus difficile (Oxygène!). Malgré tout c’est avec plaisir que l’on arrive en haut avec une vue incroyable à la fois sur les montagnes Françaises et italiennes. En effet la frontière passe par le sommet!

Notre navette devant venir nous chercher au Petit Saint Bernard assez tôt dans l’après midi, pas trop le temps de flâner. Et pour gagner du temps quoi de mieux que de descendre le tout en courant?! Et après les 4 jours d’entrainement (et sans le sac) ça passe plutôt bien! Les regards interrogateurs des autres randonneurs (en sneakers…) était aussi amusant!

Le mont Blanc toujours caché.
L’Italie!

Ainsi ce termine ce magnifique Trek avec l’UCPA sur les versants du Mont Blanc. Ce fût 5 jours plein d’effort mais donnant la possibilité de parcourir et de voir des paysages incroyables à longueur de journée. A refaire pour partie à l’aventure sur d’autres sentiers!

fredadmin Écrit par :