Rétromobile 2017

Rétromobile

Les habitués du salon ont eu un avis partagé sur cette édition 2017 de Rétromobile et cela est parfaitement compréhensible. Il y a quelques éditions de cela, les 4L, 2CV 404, Lancia et autres peuplaient les allées. Les pièces détachées et babioles automobiles étaient froissons. Pour cette édition, il y a moins de 4L que de Ferrari. Moins de 2CV que de Lamborghini. Moins de Renault R10 que d’Aston Martin DB5. Littéralement.

La forte spéculation des dernières années est principalement responsable de ce phénomène.

Mais alors le cœur balance: d’un coté il est facile de regretter l’ancienne « version ». Il était possible de voir des anciennes populaires, mais aussi des modèles rares, pas forcément financièrement valorisées, mais ayant une place certaine dans la culture et l’histoire automobile. Sans oublier la chance d’échanger avec les propriétaires passionnés.

De l’autre le plaisir de voir des pièces ultra-rare – et hors de prix- au risque que cette concentration folle fausse les jugements. Et où l’on croise plus de vendeur que de passionnés.

Après ce petit aparté, ou chacun choisira son camp, revue de cette version Rétromobile 2017 et des forces en présence.

Bugatti, le made in France

La marque Française avec un stand séparé en deux parties:

La partie Ancienne comprenait des vraies pépites dont deux Bugatti type 57S (3M$). Plusieurs type 35 ou Bugatti de Grand Prix étaient aussi présentes.

Dans les « presque anciennes » ont trouvaient les Bugatti Veyron « Bugatti certified ». Par exemple, celle ayant servi à dépasser les 430km/h (Veyron Super Sport de 1200cv) et une Grand sport vitesse ayant atteint les quelques 408km/h. De plus, et loin du stand bugatti il était aussi possible de trouver au détour d’une allée un EB110 (à vendre) l’ancêtre de la Veyron.

Ferrari

C’était la marque à l’honneur cette année. La marque italienne fête  ces 70 ans. Outre l’exposition dédiée à cette évènement, de nombreux exemplaires étaient visibles dans les stands.

Sur le parterre célébrant les 70 ans de Ferrari, plusieurs modèles iconiques de la marque étaient exposés: la 166MM des origines de la marques, trois 250 dont une 250LM (>15M$), une 275GTB ainsi que plusieurs monoplaces dont une TIPO 500. Une 488 de Ponzi c’était aussi installée là…

Dans les stands étaient présents plusieurs « moins anciennes » comme une fabuleuse 599GTO, au moins trois F40 et une F50. Il était aussi possible d’approcher une Daytona GT4 ainsi que d’autres Ferrari 250. Une 250 Breadvan, voiture ( camionnette ou shooting breack??) était aussi présentée sur le stand de Peter Auto. Le patron était d’ailleurs présent…

      

Du coté de l’Allemagne

Sans hésitation la voiture allemande la plus présente était la Mercedes 300 SL. Peu ou prou tous les stands avait la leur.

Au détour des allées il était aussi possible d’apercevoir une BMW507 (seulement 254 produites propulsées par le premier V8 de BMW). La pas moins rare Mercedes CLK GTR AMG, dernière supercar de Mercredes, était à vendre ( 2.6M$). Du coté de la firme de Stuttgart, plusieurs Carrera 3.2, 2.7RS mais surtout une 917.

Le mot de la fin

Ici ce termine la revue des engins visibles durant cette édition. La liste est très loin d’être exhaustive. Il reste indiscutable que le plateau était de très haute qualité. Il reste cependant à voir maintenant l’évolution du salon dans les années à venir. Et comment évoluera le public toujours plus nombreux. D’ailleurs pour la première fois, Retromobile occupait non plus un mais plusieurs halls. Wait and see.

fredadmin Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *